6 questions avec Léa Steinacker

Je reviens d’un séjour d’environ 2 semaines à Paris, qui fut très productif. Là-bas, j’ai pris un vol lundi dernier à destination de Berlin pour rencontrer Léa Steinacker, une jeune femme incroyable, charismatique et brillante pour laquelle je suis absolument tombée dès que je l’ai rencontrée.

Léa est d’origine allemande et diplômée de l’Université de Princeton, ainsi que de Harvard Kennedy School of Government. Passionnée de l’innovation, du numérique et de la technologie, Léa est une conférencière réputée dans le monde entier et est apparue dans le Forbes 30 under 30 European Edition cette année. Super impressionnante, non ?!

Nous nous sommes rencontrées par une belle journée ensoleillée dans un resto végétarien à Berlin et nous avons parlé de l’efficacité allemande, de l’innovation en Europe (quel pays est en tête ?), des femmes et de la diversité dans la technologie et de l’entrepreneuriat. Une discussion à mon goût !

Rencontrez ma nouvelle BFF Léa Steinacker, et merci Amber Mac pour la connexion !

Léa, que faites-vous et quels sont les projets sur lesquels vous travaillez ?

Je travaille en étroite collaboration avec notre éditeur sur des stratégies et des formats innovants pour la publication d’affaires allemande WirtschaftsWoche. Je suis responsable de découvrir et de promouvoir le potentiel des nouvelles idées, d’inspirer et de motiver l’entreprise, et de rester informée des développements dans d’autres domaines. Un projet que j’ai en cours est la conception d’un espace de réalité virtuelle pour le journalisme, que nous avons développé en collaboration avec un partenaire de recherche technologique. Un autre projet est axé sur l’émergence d’interfaces audio et vocales dans le monde médiatique.

Le monde de l’édition a radicalement changé, les publications ont dû se transformer numériquement pour survivre. En tant que Chief Innovation Officer pour WirtschaftsWoche, une maison de publication d’affaires renommée en Allemagne, quelles sont les stratégies que vous avez mises en avant pour rester pertinents dans le monde numérique d’aujourd’hui ?

En tant que le plus grand magazine d’affaires d’Allemagne, nous évaluons constamment les technologies émergentes, les nouveaux modèles d’affaires, ainsi que notre propre culture d’entreprise. Une stratégie particulière a été d’élargir notre répertoire d’expériences en direct pour rendre le journalisme encore plus tangible et accessible.

Selon vous, la numérisation vous a-t-elle aidé à vous connecter / déconnecter ? La technologie a-t-elle changé le monde pour le meilleur ou pour le pire ?

La technologie au sens large a certainement permis à de nombreuses personnes de vivre leur vie de manière plus participative et inclusive. Mais cela a aussi complètement modifié notre vie quotidienne, nos habitudes et notre dynamique de pouvoir – comme celles qui existent entre les entreprises technologiques, les utilisateurs et le gouvernement. Personnellement, j’apprécie les options et l’accès que le monde numérique m’offrent ; bien que de nos jours je dirais que le vrai art, c’est de se retrouver dans l’instant présent, et c’est quelque chose que la technologie à tendance à rendre difficile.

L’intelligence artificielle est utilisée dans tous les secteurs, pensez-vous qu’un jour des robots pourront remplacer les journalistes ?

Certaines tâches, même dans le domaine du journalisme seront prises en charge et exécutées efficacement par des machines. Mais c’est une erreur de penser qu’ils pourraient remplacer complètement un humain, dont le travail consiste à comprendre et décrire les nuances des autres humains. Les robots ne peuvent pas reproduire la créativité, l’originalité et l’empathie d’un esprit de génie journaliste.

Selon vous, où se situe l’Allemagne en termes d’innovation, de technologie et d’écosystème de startups ?

Les Allemands sont excellents en terme de précision, d’efficacité et de discipline. C’est pourquoi nous sommes reconnus pour notre ingénierie exceptionnelle. Mais nous avons aussi tendance à être plutôt averses au risque et terrifiés par l’échec, ce qui peut ralentir l’innovation. À l’ère du numérique, où la vitesse, le risque et une vision d’entreprise grandiose vont loin, nous sommes certainement en retard. Les conditions politiques n’ont pas non plus été idéales pour stimuler l’écosystème de start-up. En outre, j’aimerais que l’on comprenne mieux comment l’intelligence artificielle va radicalement changer nos vies et comment nous, en tant que allemands, pourrions contribuer un esprit un peu plus entrepreneurial.

Quelles sont trois applications sans lesquelles vous ne pouvez pas vivre ?

Je pourrais presque certainement survivre avec aucune application. Mais si je devais choisir – “Headspace” m’aide à rester centrée, “Spotify” pour toutes les choses audio dont j’ai besoin, et “Things” pour m’aider à rester organisée.

Vous voulez mieux connaître Léa ?  Vous pouvez la suivre sur Twitter ici (elle écrit en allemand et en anglais).


.

Bisous,

Winy

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.